Caté Sympa

Caté  Sympa

6 LA FOI

LA FOI

 

La recherche de foi est toujours singulière à chaque être humain en fonction de sa culture, de son histoire, du contact qu'il a ou non avec d'autres croyants, etc. Personne n'est obligé de croire; dire: "je crois" dépend de la volonté de chacun. D'ailleurs la foi, on ne l'a pas une fois pour toute, elle évolue compte tenu des événements qui surgissent, des étapes de la vie. Pour certains, elle va en s'affirmant, pour d'autres, elle semble s'étioler. S'intéresser à la foi ouvre à une expérience plus vaste que la sienne, mais en même temps cet intérêt met en chemin et permet de préciser ce en quoi l'on croit. Celui qui croit cherche une relation personnelle à Dieu et il est prêt à croire tout ce que Dieu lui montre, lui révèle de lui-même.

 

Que m 'apporte la foi ?

Si vous lisez ces lignes, c'est que, sans doute, vous vous posez des questions. Celui qui vit sans questionnement risque un jour de se heurter, brutalement, au côté absurde de l'existence.

Le questionnement ne résout pas toutes les questions ni toutes les interrogations ! Mais se laisser questionner par l'existence permet de se donner des réponses pour mieux comprendre ce qui nous arrive. C'est à partir de ce questionnement que peut naître le sentiment qu'il y a en moi plus grand que moi, ce que certains appellent une transcendance. Le sentiment qu'une réponse existe, mais qu'elle tient de l'intime. Si Dieu n'est pas nommé immédiatement, c'est de côté-là qu'il serait bon de le chercher.

Le croyant n'est pas quelqu'un qui a réponse à tout. Tout au long de sa vie, il se laisse interroger par l'existence et par la foi. Le questionnement lui permet de ne jamais faire du sur-place, de toujours avancer. La foi est une marche incessante, et la vie se charge bien de nous questionner. C'est donc au cœur de notre vie que peut s'entrouvrir une porte en nous par laquelle la lumière de Dieu pourra s'infiltrer. Ainsi s'esquissera sinon une réponse... un sens... Le questionnement incessant pourrait rendre fou ou désespéré. La foi chrétienne propose bien sûr un certain nombre de réponses. Elle donne surtout un sens. Le mot « sens » a plusieurs... sens. Il dit la « signification », il dit la « sensation » (les cinq sens), il dit
la « direction ».

La foi se vit ainsi « dans tous ces sens » : elle donne signification au vécu de certains événements ; elle se goûte par les sens, le ressenti ; elle donne une direction, Dieu étant à l'horizon de chacune de nos existences. 

 

La plupart de mes amis sont incroyants mais ils sont tolérants, honnêtes, justes généreux... alors je me demande à quoi sert la foi en Dieu ?

Les influences interculturelles en occident ont généré une certaine morale bien attestée, pour le moment, par les gens de notre pays. Alors, la foi, est-ce un plus ? un surcroit ? non pas, mais sans doute une nouveauté dans la vie personnelle et dans notre monde. Elle est l'expression du rapport intime que Dieu établit, en Jésus-Christ, avec chaque croyant et sa communauté. C'est une expérience de vie qui témoigne de la nouveauté de l'amour de Dieu au cœur de nos existences.

Définition de la foi

La foi, c’est savoir et avoir confiance. Elle a sept caractéristiques :

La foi est un pur don de Dieu que nous obtenons quand nous le demandons avec ferveur

La foi est la force surnaturelle dont nous avons absolument besoin pour atteindre le salut

La foi exige la volonté libre et le clair discernement de l’homme quand il répond à l’invitation divine

La foi est une certitude absolue parce que Jésus s’en porte garant

La foi est incomplète aussi longtemps qu’elle n’est pas agissante dans la charité

La foi grandit, quand nous écoutons toujours mieux la Parole de Dieu et quand, par la prière, nous engageons un dialogue vivant avec elle

La foi nous donne déjà maintenant un avant goût de la joie du ciel

 

Quel est le sens de croire en Dieu ?

Le mot « croire » fait partie du langage courant. Quand je dis : « je crois qu'il va faire beau demain », ce n'est qu'une simple hypothèse que j'énonce, même si je suis un spécialiste de la météo.
En revanche, si je dis à un ami : « je crois ce que tu me dis », j'engage la confiance en sa parole. C'est la relation que j'ai avec cette personne qui est en jeu. L'origine du mot « foi » est le mot « confiance ». Avoir foi, c'est avoir confiance. Croire en Dieu, c'est lui donner notre confiance. Cela ne tient pas de la simple hypothèse. On dit communément : « j'ai la foi »... « je n'ai pas la foi »... comme si la foi était un objet qu'on possède ou qu'on ne possède pas !

 

La Bible raconte différentes histoires de personnes qui ont fait confiance à Dieu et qui y ont engagé leur vie : Abraham et Moïse par exemple. Cette confiance les fait bouger. Ils osent partir pour emprunter les chemins d'un avenir inattendu. Ils entendent un jour Dieu leur parler, leur proposer l'aventure de la foi avec la promesse d'une descendance « aussi nombreuse que les étoiles du ciel » pour Abraham (malgré sa vieillesse et la stérilité de sa femme Sarah), et d'une « terre promise » pour Moïse (qui conduira le peuple hébreu vers cette terre malgré son apparente inaptitude).
Abraham et Moïse décident de répondre à un « appel » de Dieu. Ils ne font pas la sourde oreille. Ils se mettent en route malgré les difficultés.


Croire en Dieu, c'est le laisser nous accompagner vers la terre promise qui est la nôtre. C'est répondre à un appel qui vient de l'intérieur et qui dit que l'avenir est à construire et n'est pas écrit d'avance. Dieu n'exclut personne de cet appel. Mais chacun reste libre de sa décision.

 

Croire, une expérience à clarifier

"On juge l'arbre à ses fruits", dit le proverbe. Il en va un peu de même pour la foi. Le discernement a sa place dans l'expérience du croyant.

  • La naïveté n'est pas le sommet de la foi. L'attitude croyante ne s'oppose pas à une attitude rationnelle. Croire fait appel à l'intelligence qui permet d'approcher l'inconnu, l'ignoré ou le mystérieux. L'intelligence participe à l'accueil de la Révélation. Pour les chrétiens, Dieu a l'initiative de se faire connaître aux hommes tout au long de leur histoire et surtout en la personne de Jésus. La foi, pour ne pas sombrer dans le simplisme, suppose la réflexion, elle a un sens pour la vie de l'homme.
  • Tout comprendre n'est pas non plus une manière humaine d'envisager la foi. Ce serait atteindre la Vérité, la posséder. Or la foi, justement, c'est de ne pas s'enfermer sur soi-même, mais s'ouvrir à un mystère, s'orienter vers la Vérité et vers Dieu.

Vérité de foi inaccessible à la seule raison humaine.

La foi : un partage

La foi des autres me porte, de même que le feu de ma foi allume le feu ou fortifie le feu des autres. Personne ne peut croire tout seul comme personne ne peut vivre tout seul. Nous transmettons la foi car Jésus Christ nous l’a demandé (Mt 28, 19)

 

La foi, une réponse vécue et toujours actuelle à l'appel de Dieu

Le premier mouvement de la foi est celui de la conversion. Il consiste à se tourner vers Dieu. Comment croire si je ne compte que sur moi-même pour construire ma vie ? Pour les chrétiens, la foi requiert la confiance en ceux qui les précèdent. La tradition judéo-chrétienne nous situe héritiers d'une longue histoire. En ce sens, choisir de faire route avec les chrétiens nous évite de nous isoler dans une manière subjective de croire. Cela permet, par ailleurs, de se situer en solidarité avec tous les chercheurs de Dieu.  C'est aussi prendre le temps de se reconnaître membre de l'Église en ce qu'elle a d'universel. Le mouvement de la foi consiste à accorder sa confiance à Dieu, révélé  comme Père, Fils et Esprit-Saint.

 

Les connaissances acquises sur le contenu de la foi se traduisent en expérience personnelle. La foi se fait réponse vécue et toujours actuelle à l'appel de Dieu. Cette réponse proclame des paroles d'espérance, pose des actes, rend membre de la communauté des croyants. Il n'y a pas de preuves mathématiques en matière de foi, sinon les raisons que nous ayons de croire. Seul celui qui se situe comme croyant peut dire: "C'est bien ça, c'est Dieu qui se rend présent à ma vie."

 

La Foi dans le catéchisme de l'Eglise catholique

 Lorsque nous professons notre foi, nous commençons par dire : " Je crois " ou " Nous croyons ".

Avant d'exposer la foi de l'Église telle qu'elle est confessée dans le Credo, célébrée dans la liturgie, vécue dans la pratique des Commandements et dans la prière, demandons-nous donc ce que signifie " croire ".

La foi est la réponse de l'homme à Dieu qui se révèle et se donne à lui, en apportant en même temps une lumière surabondante à l'homme en quête du sens ultime de sa vie. Nous considérons dès lors d'abord cette quête de l'homme, ensuite la Révélation divine, par laquelle Dieu vient au devant de l'homme, enfin la réponse de la foi. Le désir de Dieu est inscrit dans le cœur de l'homme, car l'homme est créé par Dieu et pour Dieu; Dieu ne cesse d'attirer l'homme vers Lui, et ce n'est qu'en Dieu que l'homme trouvera la vérité et le bonheur qu'il ne cesse de chercher.

 


 Evangile de Jésus-Christ selon saint Jean (Jn 1, 35-39)

Les deux disciples représentent les chrétiens auxquels Jean, figure de la Loi et des prophètes, présente l'Agneau de Dieu : le Fils de Dieu qui se fera offrande. Les chrétiens sont en marche vers la demeure de Dieu, le Royaume. Et c'est en suivant librement le Christ qu'ils atteignent ce Royaume. 

Jean Baptiste se trouvait avec deux de ses disciples.

Posant son regard sur Jésus qui allait et venait, il dit : « Voici l'Agneau de Dieu. » Les deux disciples entendirent cette parole, et ils suivirent Jésus. Celui-ci se retourna, vit qu'ils le suivaient, et leur dit : « Que cherchez-vous ? » Ils lui répondirent : « Rabbi (c'est-à-dire : Maître), où demeures-tu ? »

Il leur dit : « Venez, et vous verrez. » Ils l'accompagnèrent, ils virent où il demeurait, et ils restèrent auprès de lui ce jour-là. C'était vers quatre heures du soir.



05/08/2013

Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 11 autres membres